Il circule des informations souvent erronées et très souvent agressives à l’encontre de Jacques JP Martin qui, en tant que maire, a été chargé de la réouverture des écoles  et de l’exécution du protocole sanitaire. Il est nécessaire de remettre les pendules à l’heure.

 

L’accueil pendant le confinement

Pendant le confinement, l’accueil des enfants des personnes mobilisées pendant la crise a été organisée à l’école Léonard de Vinci et à la crèche Arc en ciel, dès le 16 mars tous les jours week-end compris. Cela grâce à des volontaires : enseignants, animateurs, agents d’entretien, auxiliaires de puériculture,  gardiens qui ont travaillé par roulement.

 

L’annonce du déconfinement progressif

Le 13 avril, le gouvernement annonce une réouverture progressive, dès le 11 mai, des crèches et établissements scolaires. Le 26 avril, un questionnaire est envoyé par les services municipaux aux familles pour connaître leurs intentions. Sur 2 600 réponses, 1/3 sont favorables au retour des enfants à l’école.

Il s’agit alors de mettre en place les mesures du protocole restrictif, adressé par le ministère de l’Éducation nationale, un document de 54 pages qui liste toutes les mesures à prendre. La municipalité décide alors de rouvrir le 25 mai, pour pouvoir mettre en  place les dispositifs et le personnel nécessaires.

 

La réouverture des écoles le 25 mai

Toutes les écoles, maternelles et élémentaires, rouvrent, en concertation avec l’Education nationale. Pour respecter le protocole sanitaire, 17 classes élémentaires sur 60 et 16 classes maternelles sur 38 peuvent ouvrir. Mais, 3 classes restent fermées en maternelle faute d’enseignants.  Cela représente 20% des élèves en élémentaire et 13% en maternelle (la moyenne est de 11% sur le département).

C’est l’Éducation nationale qui a fixé les critères de priorité : enfants du personnel soignant et des forces de l’ordre, des enseignants du1er degré et du personnel municipal nogentais nécessaire au fonctionnement des établissements scolaires et des crèches ; les enfants à  niveau scolaire faible ou en décrochage scolaire et ceux ayant des difficultés à travailler à la maison ; les enfants dont les parents doivent travailler sans aucune possibilité de mode de garde alternative.

Dès le 15 juin, la ville mettra en place le dispositif 2S2C (Sport, Santé, Culture, Civisme), pour les élèves non pris en charge par l’école, avec des activités éducatives encadrées par des intervenants qualifiés, durant le temps scolaire. Une dépense non négligeable sur le budget communal pour pallier l’absence d’enseignants !

 

Les parents doivent savoir que pour revoir le protocole sanitaire, l’élargissement de l’accueil d’accueil et pallier l’absence d’enseignants : c’est le ministère de l’Education nationale qu’il faut viser ! Les attaques sur les réseaux sociaux  (sur fond de campagne électorale) se trompent de cible !